Bureau d'économiste de la construction et d'études thermique

Un interlocuteur unique pour votre projet de construction

ÉTUDES FAISABILITÉS

Ces études de faisabilité permettent d’identifier les travaux d'amélioration et les chiffrages précis d’investissement et d’économie d’énergie dans l’option de consultations et de travaux.

L’optimisation et l'amélioration des bâtiments

Les énergies renouvelables

L’énergie la moins chère et sans conséquence sur l’environnement est celle que l’on ne consomme pas. Tous les travaux visant à réduire les
déperditions thermiques permettent d'améliorer l'efficacité énergétique
globale du bâti.
Afin de réduire les consommations liées au bâtiment, les actions d’optimisation peuvent concerner plusieurs voies telles que l’isolation des parois opaques (toiture, parois verticales et plancher bas), sur les performances des menuiseries (performance thermique et gestion des apports solaires) mais aussi sur la ventilation, en prenant un soin particulier vis-à-vis de la perméabilité à l’air des assemblages.

Textes de référence

Arrêté du 15 septembre 2009 relatif à l'entretien annuel des chaudières.
NF DTU 25.41 : Ouvrages en plaques de plâtre – Plaques à faces
                         cartonnées.
NF DTU 25.42 : Ouvrages de doublage et habillage en complexe et
                         sandwich, plaques de parement en plâtre isolant.
CPT 3560-V2 du 29 avril 2009. Cahier de Prescriptions Techniques communes de mise en œuvre des procédés d'isolation thermique des combles.

Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de sources (solaire, éolien, biomasse, géothermie, biogaz, hydraulique) qui peuvent être utilisées pour produire de l’énergie pouvant venir en substitution d’énergies non renouvelables (énergies fossiles ou nucléaire).

L’utilisation des énergies renouvelables devient une réalité énergétique.

Les études permettent de valider les apports « gratuits » tout en prenant en compte les contraintes d’usage et d’exploitation.

Systèmes d’approvisionnement à comparer

L’étude de faisabilité pour les bâtiments neufs dont la surface de plancher est comprise entre 50 et 1 000 m² est allégée par rapport à celle imposée au-delà de cette surface. Le nombre de variantes à étudier est en effet limité. Le maître d’ouvrage est tenu de faire comparer le système pressenti dans son projet à au moins quatre variantes parmi cette liste (et non à toutes) :

― les systèmes solaires thermiques ;

― les systèmes solaires photovoltaïques ;

― les systèmes de chauffage au bois ou à biomasse ;

― les systèmes éoliens ;

― le raccordement à un réseau de chauffage ou de refroidissement collectif à plusieurs bâtiments ou urbain ;

― les pompes à chaleur géothermiques ;

― les autres types de pompes à chaleur ;

― les chaudières à condensation ;

― les systèmes de production combinée de chaleur et d’électricité.

Textes de référence

+ Le décret no 2013-979 du 30 octobre 2013 relatif aux études de faisabilité des approvisionnements en énergie des bâtiments nouveaux.cliquez ici
+ L’arrêté du 30 octobre 2013 modifiant l’arrêté du 18 décembre 2007 relatif aux études de faisabilité des approvisionnements en énergie pour les bâtiments neufs et parties nouvelles de bâtiments et pour les rénovations de certains bâtiments existants en France métropolitaine, cliquez ici

Ce que dit la loi

Depuis le 1er janvier 2014, l’étude de faisabilité devra être réalisée préalablement au dépôt de la demande de permis de construire dès lors que la surface de plancher nouvelle sera égale ou supérieure à 50 m². Échappent toutefois à cette obligation les bâtiments auxquels la réglementation thermique impose le recours à une source d’énergie renouvelable (maisons individuelles) ainsi que les parties nouvelles de bâtiments.